SOLONG – Sociétés agropastorales Amou Darya

Ce carnet est destiné à publier les activités et résultats scientifiques des membres de l’équipe porteuse du projet SOLONG, rassemblée autour de l’étude des Sociétés agropastorales pré-mongoles et ressources hydriques dans le bassin de l’Amou Darya.

Ce projet associe les membres de deux laboratoires de l’université Aix-Marseille (IREMAM et IMBE) ainsi que des membres extérieurs (Université de Nanterre). Il doit être mis en œuvre de septembre 2021 à février 2023, grâce au financement apporté par l’Institut SoMuM.

Plaine aride de Zagros Iran

Résumé du projet:

SO-LONG vise à étudier les interactions entre sociétés agropastorales et ressources hydriques dans le bassin de l’Amou Darya. Celui-ci, l’un des fleuves majeurs de l’empire islamique oriental, se situe au carrefour des mondes iraniens, turcs et indiens, et est associé à de nombreux enjeux économiques (notamment élevage du bétail et de chevaux en basse et moyenne montagne, exploitation et commercialisation de minerais) essentiels pour les tenants du pouvoir central (le califat de Bagdad) et régional.

Cette étude sera effectuée à partir de l’analyse serrée de deux sites à forte identité géomorphologique (l’un en contexte de confluence, l’autre à proximité d’un lac d’altitude). La période étudiée doit permettre de saisir les éléments de continuité et de rupture dans le temps long, depuis les conquêtes arabes (VIIe-VIIIe s. de notre ère) jusqu’à l’arrivée des Mongols (XIIIe s.) : l’irruption de ces pouvoirs nomades successifs et l’intégration des terres voisines de l’Amou Darya dans des constructions impériales interroge l’impact des bouleversements politiques sur le rapport des sociétés à leur environnement naturel, en particulier en contexte rural.

Cartes historiques des territoires Saffarides et Ghaznévides
Cartes historiques des territoires Saffarides (A) et Ghaznévides (B).

L’approche pluridisciplinaire doit permettre de croiser l’apport de l’histoire, via les sources textuelles médiévales, rédigées en arabe et persan principalement, et les données paléoenvironnementales à travers l’étude de prélèvements permettant de saisir la nature et le rythme des pratiques agricoles, l’adaptation des populations agropastorales à leur environnement et l’impact des périodes de stress hydrique aussi bien sur les activités socio-économiques que sur la réalité politique (tensions sociales, affrontements armés, remise en cause des frontières et du rapport aux territoires, etc.).